Mission et Vision

Mission

L’Œuvre royale du Coin de Terre est basée à Jette, en Région bruxelloise.

Ses objectifs:

  • Un coin de terre à cultiver pour soi et les siens.
  • Un but éducatif et pédagogique, via des conférences, expositions ou visites.
  • La promotion du jardinage amateur et des produits utiles pour les cultures.

Permanence

L’Œuvre royale du Coin de Terre organise une réunion du comité organisateur tous les deuxièmes lundis du mois ayant pour objets :

  • L’approbation de la gestion des activités réalisées dans le courant du mois.
  • Le résultat de l’exercice financier, sur présentation d’un compte-rendu.
  • Le vote du budget.
  • Le vote d’un rapport d’orientation contenant les projets de l’association et les directives à suivre pour les administrateurs.
  • L’admission des nouveaux membres, l’examen des demandes en vue d’éventuelles autorisations.
  • La communication et discussion des résultats des contrôles effectués sur les parcelles.

 

Vision

Quelles sont les finalités fondamentales du Coin de terre de Jette?

« Permettre à un maximum de familles, de préférence les moins favorisées tout en assurant une grande mixité tant sociale que culturelle, d’exercer, à long terme, une activité sociale de plein air basée sur la culture potagère qui s’intègre au mieux dans l’environnement d’un espace vert jettois, public ou non. »

Nous reprenons ci-après chaque terme de la vision pour mieux comprendre les objectifs.

«Permettre à un maximum de familles»

  • Essayer d’augmenter au maximum le nombre de parcelles disponibles avec une garantie d’occupation à long terme (jardins permanents)
  • Gérer au mieux la liste d’attente avec des attributions de parcelles sans distinction de races, de cultures, de religions assurant un maximum de mixité
  • Eviter d’avoir des parcelles trop grandes (une famille avec enfants peut subvenir à quasi tous ses besoins en légumes avec 2 ares de culture)
  • Détecter les personnes ayant plusieurs parcelles avec des prête-noms

«De préférence les moins favorisées»

  • Faire en sorte que la cotisation soit très symbolique pour un service maximum
  • Limiter au maximum les investissements « imposés” : la grandeur de la cabane joue ici un rôle primordial. Des cabanes de 3 m² coûtent évidemment moins cher (300 €) que des cabanes de 6 m² (700€) . Ceci pose un problème financier important pour certains lors de l’achat de la cabane ou lors de la reprise d’une parcelle équipée d’une telle cabane
  • Organiser des achats groupés de semences, de substrats, d’amendement pour obtenir des meilleurs prix

«Tout en assurant une grande mixité tant sociale que culturelle »

  • Veiller, lors de la distribution des parcelles, à une bonne mixité tant du point de vue social que culturel et ceci afin d’éviter les ghettos
  • La mixité est une richesse, les ghettos un danger

«D’exercer, à long terme»

  • Se mobiliser pour obtenir des conventions d’occupation ayant un terme raisonnable (au moins 10 ans)

«Une activité sociale»

  • Minimiser la différence sociale: une cabane du même type accessible à tous (bon marché) évite de marquer les différences sociales
  • Installer une cabane communautaire pour le stockage des objets encombrants ou pour l’organisation de festivités favorise les contacts sociaux,
  • Organiser des activités (AG, repas festifs,voyage,…)
  • Centre de compostage commun

«De plein air basée sur la culture potagère»

  • Ceci est la raison sociale de l’association dont nous avons hérité; même si les temps changent et que nous devons nous adapter à l’évolution de la société (entre autre le passage de la nécessité économique vers le loisir actif) la demande est telle qu’il n’y a pas de raison de changer fondamentalement de principe de base. Nous ne mettons pas à la disposition des gens un jardin pour y pique-niquer, y faire des barbecues, y installer chaise longue ou autre engin de délassement. Il s’agit uniquement d’un potager. Une remise pour outil y est (éventuellement) nécessaire. Une cabane de 3 m² est pour cela amplement suffisante. Dans de nombreux endroits, ailleurs qu’à Jette, où de telles potagers sont mis à la disposition, toute construction est interdite et cela fonctionne aussi très bien.

«Qui s’intègre au mieux dans l’environnement d’un espace vert jettois, public ou non»

  • Il est unanimement reconnu que la survie des potagers urbains passera par le respect de règles urbanistiques strictes; l’aspect bidonville n’est plus accepté, crée un sentiment d’insécurité, crée des nuisances (versages clandestins, occupation nocturne), l’espace n’est pas respecté (vandalisme)
  • Ceci nécessite un règlement précis qui se base le moins possible sur l’arbitraire (qu’est-ce qui est beau?, qu’est-ce qui est acceptable?) et donc sur des normes. C’est dommage, on peut le regretter car nous limitons fortement l’expression de la personnalité et de l’art populaire. L’expérience nous rend réaliste et il n’existe, à notre connaissance, aucune autre solution. Il n’en va pas autrement lors de l’aménagement du cadre de vie en général où là aussi, la puissance publique doit imposer des règles.
  • Des cabanes de 3 m² sont un bon compromis entre l’impact visuel et l’espace nécessaire pour le rangement. Les cabanes de 6 m² ont un impact visuel beaucoup plus imposant, surtout sur des parcelles de 2 ares. Cela commence à ressembler à un camping. De plus, l’expérience nous indique aussi que plus la cabane est grande plus on y entasse des choses inutiles qui posent chaque fois des problèmes au moment de la reprise des parcelles et entraîne un coût important (plusieurs centaines d’€) pour l’évacuation des déchets. On attire aussi davantage la convoitise ce qui augmente le risque d’effraction.
  • Avoir une attitude responsable vis-à-vis de l’environnement et dans un soucis de développement durable: pas d’emploi de pesticides, gestion des déchets, compostage, gestion de toilettes
  • Les terrains gérés par l’Œuvre royale du Coin de Terre sont situés sur le territoire de la commune de Jette ou aux alentours immédiats. Ils sont, par la force des choses, majoritairement propriété d’organismes publics. Ceci justifie le fait que la priorité est donnée aux personnes domiciliées dans la commune de Jette.
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close